fbpx

Encre de Chine

Encre de Chine

L’encre de Chine comme matériau artistique

Utilisée depuis plusieurs millénaires, l’encre de Chine n’a pas perdu une once de sa noblesse d’origine. Néanmoins, l’utilisation qu’on en fait aujourd’hui tend à englober un plus grand nombre de disciplines artistiques qu’à son commencement, où la calligraphie  occupait un rôle de premier plan.

À présent, la peinture au lavis et le dessin  sont tous deux des méthodes d’expression qui bénéficient de ce matériau ancré dans la tradition

Bien que la composition exacte de l’encre de Chine demeure mystérieuse, il est généralement admis qu’elle incorpore un pigment noir de fumée ainsi qu’un liant aqueux. Avant d’en arriver à sa consistance liquide finale, l’encre de Chine à l’état brut se retrouve dans de petits bâtons, qui peuvent être réutilisés au gré des humeurs de l’artiste.

Voyons où se situe l’encre de Chine sur l’éventail de matériaux artistiques utilisés sur notre plateforme.

Vous cherchez plus d’inspirations. Consultez notre boutique …

Le lavis : diluer sans affaiblir son message

La peinture au lavis est une technique qui permet aux peintres de rassembler plusieurs intensités d’une même couleur sur la même oeuvre.

Normalement, le lavis est obtenu en diluant l’aquarelle ou dans le cas ci-présent, l’encre de Chine. La manipulation de ce liquide de grande qualité offre à l’artiste l’opportunité de jouer avec les tons originaux de son support.

Le rendu final d’une peinture en lavis déploie des accents monochromatiques caractéristiques. Pour certains, la blancheur seule du papier ou de la toile n’est pas suffisante pour contraster le noir de fumée. Ils s’affairent donc à y ajouter de la gouache , de la craie  ou encore de l’encre de Chine d’une couleur différente.

Le Sumi

Fleuron de l’art traditionnel asiatique, le Sumi est la version japonaise de l’encre de Chine.

D’origine plus organique, cette variante est fabriquée avec une suie de pin, une suie animale ou végétale.

Si le Sumi dessert aussi la calligraphie traditionnelle japonaise, elle permet également aux artistes d’imager tout en témoignant de leur respect pour les codes établis par la tradition.