Laque

La laque comme matériau artistique : quand le vernis offre un éclat intemporel aux artefacts

Matière témoignant d’une certaine opulence, la laque est utilisée depuis plusieurs millénaires pour produire des objets utilitaires d’une qualité exceptionnelle.

Toutefois, bien qu’il soit possible de façonner des pièces de grande valeur entièrement à partir de cet extrait de résine,  ses déclinaisons modernes sont plus souvent sollicitées durant l’étape de finition.

En effet, puisqu’elle agit comme un vernis opaque, la laque permet d’offrir une protection supplémentaire aux oeuvres et aux objets qu’elle recouvre une fois son application complétée.

Voyons dans quelle mesure le matériau artistique qu’est la laque facilite la mise au point d’oeuvres qui résistent aux aléas du temps.

Vous cherchez plus d’inspirations. Consultez notre boutique …

Les origines traditionnelles de la laque

Indéniablement reliée à l’art d’Asie orientale, la laque tire ses origines de la Chine d’il y a 3000 ans. Partie prenante des rites funéraires, on l’emploie d’abord pour imperméabiliser les cercueils en bois.

Par la suite, elle voit ses applications s’étendre à des pièces sculptées  en terre cuite ainsi qu’à des éléments de porcelaine comme la vaisselle.

Plus tard, délaissant quelque peu les variantes utilitaires de la laque pour miser davantage sur sa valeur créative, les artistes japonais de l’Ère Genroku (1688-1703) ont su l’accompagner de métaux comme le bronze  et l’or .

Au fil du temps, de nombreux architectes, artisans et peintres ont ainsi intégré ce matériau à leurs oeuvres.

Pour ce qui est de l’élaboration de peintures  laquées, ces dernières relèvent d’un véritable tour de force technique. Il s’agit aussi d’un véritable travail de moine. En effet, la réalisation de telles oeuvres nécessite généralement plusieurs mois de travail ainsi qu’une méthode irréprochable de la part de l’artiste.

Malgré le fait que ses moments les plus glorieux soient derrière elle, la laque a su générer un certain engouement auprès des artisans de la nouvelle génération, particulièrement les adeptes de l’art vietnamien.