fbpx

Symbolisme

Symbolisme

Le courant du symbolisme invite son public à la contemplation, au déchiffrement des pensées à travers des représentations poétiques.

Mouvement culturel émergent du post-modernisme, le symbolisme influence d’abord les arts de performance et les arts littéraires. C’est d’ailleurs le romancier français Émile Zola qui fut le premier à utiliser le terme pour décrire les peintures de Gustave Moreau.

Si la poésie, le théâtre et la philosophie s’y prêtent bien, les arts visuels ne tardent pas à être submergés par le symbolisme. C’est entre autres le cas pour les artistes sculpteurs  et les peintres,  qui bientôt, s’approprient les sujets symboliques par excellence.

De façon comparable au romantisme, le symbolisme fait état d’une fascination pour le mythique et les contes légendaires. Cependant, l’art symbolique se plaît à présenter les aspects plus sombres du fantastique.

Il aborde par exemple des thèmes comme :

  • L’occulte
  • La maladie
  • La mort
  • Le péché
  • La religion et les sentiments qu’elle évoque

Malgré la relative décadence qui englobe ce mouvement stylistique, sa représentation des non-dits lui permet aussi de s’affranchir de courants trop ancrés dans le réel.

Voici la place occupée par le symbolisme dans les arts plastiques.

Vous cherchez plus d’inspirations. Consultez notre boutique …

Un plaidoyer contre le réalisme

Les nombreuses allusions poétiques du symbolisme lui valent de faire un véritable pied de nez au courant du réalisme, déjà présent au 19e siècle.

La vision très neutre de la réalité qu’offre le réalisme horrifie les artistes reliés au symbolisme. Ceux-ci préfèrent nettement l’idée d’une vérité imperceptible, qui reste libre à interprétation et qui surtout, fait appel au subconscient.

Pour eux, un message fort ne peut pas être représenté à travers des images simples, comme c’est le cas avec le réalisme. Il se doit plutôt d’imager à l’aide de signaux cryptiques, injectés par l’artiste dans ses toiles ou ses oeuvres sculptées.

Parmi les peintres célèbres s’étant approprié le symbolisme à un moment ou un autre, on compte :

  • Gustave Moreau;
  • Louis Janmot;
  • Pierre Puvis de Chavannes;
  • Francisco Goya;
  • William Blake;
  • Caspar David Friedrich;
  • Edvard Munch;
  • George Frederick Watts.