Anatomie humaine

Anatomie humaine

Le dessin d’académie : l’anatomie humaine comme inspiration artistique

Figure drawing ou dessin d’académie : plusieurs appellations peuvent désigner la représentation dessinée de l’anatomie humaine.

Si tous s’entendent pour dire que les formes du corps peuvent être représentées de mille et une façons, le dessin de type académique retourne aux sources, en s’attardant davantage à l’aspect réaliste  de celles-ci.

Dans une mesure plus large, les artistes qui mobilisent le figure drawing se font régulièrement les adeptes de la capture du mouvement des corps.  Ils s’intéressent à la symétrie des corps et les conçoivent sous leur forme la plus véridique.

Né d’observations attentives de génies créatifs, le dessin d’académie est l’un des premiers modes de représentation de l’anatomie humaine à introduire des effets de perspective. Les maîtres de la renaissance italienne Leonard de Vinci, Michel-Ange et Raphaël furent tous épris de ce que les formes du corps étaient en mesure de leur apprendre lorsqu’étudiées sous cet angle.

Voyons quelles places occupent l’anatomie humaine et le dessin d’académie dans le gigantesque répertoire des inspirations artistiques.

Vous cherchez plus d’inspirations. Consultez notre boutique …

De la simple schématisation au nu

De l’impressionnisme  à l’expressionnisme en passant par le rococo  et le néo-classicism e, pratiquement tous les courants artistiques ont vu émerger des dessinateurs  de talent.

Cependant, c’est véritablement grâce à une poignée d’entre eux que le figure drawing possède aujourd’hui l’importance qu’on lui connaît.

À vrai dire, même si le dessin d’académie se voulait à l’origine une manière d’apprendre à transposer les particularités du corps en mouvement sur un support, l’époque de la Renaissance lui a octroyé une vocation différente.

Pragmatiques, les premières représentations de l’anatomie humaine faites dans le cadre d’un dessin d’académie posent les fondations pour d’autres reproductions, plus fantasques ou encore plus intimes.

C’est entre autres le cas pour les oeuvres de nu , qui présentent les formes du corps dans son appareil le plus vulnérable.