Cartoon

Le cartoon : détourner le dessin animé pour créer

Qu’il soit amené sous le couvert de l’art visuel graphique  ou imprimé , le cartoon est régulièrement mis à profit pour offrir une vision détournée de la réalité aux spectateurs.

Étant une figure emblématique de la satire, nous n’avons pas besoin de chercher bien loin pour constater à quel point ce type de dessin animé a permis à l’humour de transcender les supports. À cet effet, il arrive que les têtes créatives qui optent pour ce genre d’illustration y mettent en commun des critiques de la société et des références populaires .

Que ce soit pour faire réagir l’auditoire ou tout simplement pour dépeindre un personnage de manière décalée, le cartoon a depuis longtemps obtenu sa place au sein des inspirations artistiques notables.

Voyons dans quelle mesure le dessin animé semi-réaliste se distingue des autres thèmes qui suscitent l’intérêt des artistes.

Vous cherchez plus d’inspirations. Consultez notre boutique …

L’élément satirique par excellence

Présente depuis beaucoup plus longtemps qu’on pourrait le croire, la forme dessinée du cartoon agissait à titre de tracé pour les peintres  de la Renaissance qui s’apprêtaient à compléter une oeuvre.

Évidemment, avec l’évolution des pratiques et des supports artistiques , le dessin animé a aussi pu voir ses contextes d’utilisation se multiplier.

Par exemple, en juxtaposant des éléments caricaturaux ou des idées issues de la culture populaire à leurs ouvrages, les artistes ont contribué à faire du cartoon une inspiration universellement reconnue.

Parmi ceux-ci on compte Roy Lichtenstein, Keith Haring, Jean-Michel Basquiat et Andy Warhol avec des oeuvres telles que : Look Mickey (c.1961), Andy Mouse (c.1985), Man of Steal (c.1983) et Howdy Doody (c.1981).

Les occasions de s’exprimer plus librement s’étant accrues parallèlement à l’amélioration des différents procédés créatifs, les artistes qui s’expriment avec le cartoon optent désormais pour l’ajout de texte ou dialogue à leurs oeuvres.

C’est notamment le cas pour les cartoonists ou dessinateurs humoristiques  des grands médias écrits qui n’hésitent pas à solliciter les accroches textuelles sarcastiques et les références satiriques.