fbpx

Corps

Le corps, cet éternel prétexte pour créer

Matière à créativité depuis des centaines d’années, le corps humain a été admiré, idéalisé et déconstruit par les artistes sur plusieurs générations.

Cette fascination que suscite la morphologie humaine semble ne connaître ni frontières ni discipline de prédilection. À vrai dire, la peinture , la sculpture , la photographie , le dessin et même le collage se prêtent bien à la représentation juste ou plus audacieuse de l’anatomie.

Voyons pourquoi le corps demeure l’un des sujets d’inspirations artistiques les plus mobilisés, et ce même au 21e siècle.

Vous cherchez plus d’inspirations. Consultez notre boutique …

Un thème qui ne date pas d’hier

Évidemment, beaucoup des premières images rappelant la figure humaine sont modelées pour s’attirer la faveur des déités vénérées. C’est entre autres le cas pour les vénus paléolithiques, des statuettes en argile qui font l’éloge de la déesse de la fertilité dans certaines cultures.

Si, à l’origine, les artistes tendent à uniformiser leurs représentations de l’apparence en exagérant les attributs corporels, l’émergence de nouvelles civilisations permet de l’aborder d’une tout autre façon.

La civilisation de l’Égypte antique voit son art inclure des formes du corps simplifiées et attribuer des caractéristiques physiques humaines aux divinités.

L’amalgamation de traits humains et animaux marque également un tournant dans la représentation artistique du corps.

Cependant, on l’utilise plutôt pour souligner le trépas ou rendre hommage à des personnages importants.

Dans l’Antiquité, le corps nourrit le débat qui fait déjà rage entre les courants du réalisme  et de l’idéalisme. Plus que jamais, on lui attribue des qualités sensuelles, plus proches des canons de beauté de la Grèce antique.

Les véritables connaissances en anatomie y sont mises à profit pour élaborer des sculptures techniquement complexes et fidèles aux proportions du corps. De plus en plus, on assiste à l’apparition des attributs corporels suivants dans l’art :

  • La symétrie des deux côtés du corps
  • Une frontalité, chose qui avait été délaissée dans l’Égypte antique
  • La présence de courbes comme la cambrure des reins
  • La notion de mouvement