Portrait

Le portrait comme inspiration artistique

Ancré depuis longtemps dans la tradition artistique, le portrait est surtout utilisé pour mettre en lumière l’ensemble des caractéristiques de son sujet.

Puisant son inspiration dans les traits et la personnalité d’un personnage, le portraitiste crée soit un miroir, soit une version altérée de son sujet. Voilà pourquoi le portrait peut être considéré comme l’ancêtre de la photographie.

Accompagnez-nous dans cette définition du portrait comme objet d’inspiration artistique.

Vous cherchez plus d’inspirations. Consultez notre boutique …

Une inspiration, différentes déclinaisons

Qu’il soit peint,  dessiné , sculpté,  gravé ou photographié , le portrait est doté d’une polyvalence qui fait de lui une inspiration particulièrement sollicitée par les artistes.

À vrai dire, bien qu’il se doive de rappeler les traits d’une personne, le portrait est aussi soumis à l’interprétation faite par l’artiste de son sujet. C’est ce qui en fait toute son unicité. Réaliste ou plus éclaté, le portrait ne connaît aucune limite créatrice. Ainsi, les sentiments, le caractère et l’état d’esprit de l’individu représenté sont tous susceptibles de transparaître dans la réalisation artistique finale.

On peut d’ailleurs catégoriser les portraits selon ce qu’ils sont susceptibles de représenter :

L’autoportrait, le portrait posthume, le portrait d’apparat, fréquemment sollicité par la royauté et la noblesse de l’époque, le portrait intime ou de type boudoir, le portrait de couple, le portrait numérique

Le portrait sculpté

L’inspiration artistique que représente le portrait ne se cantonne pas qu’aux créatifs qui peignent, mais s’articule plutôt comme quelque chose de pluridisciplinaire.

Sous ses formes les plus anciennes, le portrait a énormément été sollicité par les sculpteurs désireux de faire justice aux traits d’illustres personnages du passé ou du présent.

Pour ce faire, il n’était pas rare de les voir faire appel à des matériaux tels que la cire , la terre  (terracotta), le bronze  et le marbre pour élaborer leurs oeuvres.

Modelés finement ou plus grossièrement, les portraits pouvaient alors prendre l’apparence d’un buste, d’un médaillon ou bien d’effigies funéraires.