Visage

Le visage comme objet d’inspiration.

Sujet d’inspiration quasi universel, le visage occupe depuis très longtemps une place privilégiée parmi les sujets qui suscitent la créativité des artistes. L’importance accordée aux expressions et ce qu’elles trahissent est au coeur même du caractère important attribué au visage en tant que sujet d’inspiration.

Ayant transcendé les différentes formes d’art , les matériaux et les mouvements artistiques , le visage humain détient encore aujourd’hui la clé de l’imagination. Voyons comment et pourquoi les créatifs de partout continuent de lui vouer un tel intérêt.

Vous cherchez plus d’inspirations. Consultez notre boutique …

Permettre la visualisation des émotions

Faire la représentation d’un visage c’est aussi mettre l’accent sur les détails qui le définissent. C’est pourquoi il s’agit d’une source infinie d’inspiration. Un peu à la manière du portrait,  les oeuvres qui marquent un ou plusieurs visages servent aussi à souligner l’état d’esprit qui anime le sujet.

Pour ce faire, l’artiste qui réalise l’oeuvre peut mettre de l’avant différentes parties du visage comme :

  • Les yeux
  • La bouche et les lèvres
  • Le nez
  • Les oreilles
  • Les dents

En procédant de la sorte, les peintres , dessinateurs , sculpteurs , collagistes  et photographes  sont en mesure de briser l’anonymat qui enveloppe parfois d’autres sujets d’inspirations  plus impersonnels.

L’art du sous-entendu

Outre la personnalisation, cette façon d’aborder les multiples traits d’un visage permet également de susciter une réaction chez la personne qui observe l’oeuvre finale.

Pensons seulement aux yeux remplis de mystère de La Jeune Fille à la perle de Vermeer ou encore l’incontournable rictus de la Mona Lisa de Leonardo de Vinci.

Véritables énigmes visuelles, ces deux tableaux iconiques entretiennent l’incrédulité depuis leurs élaborations respectives. Elles créent une ambiguïté qui continuent d’alimenter les discussions au fil des siècles.

Il en va de même pour l’oeuvre expressionniste Le Cri d’Edvard Munch, où c’est la bouche du sujet qui donne une apparence particulièrement angoissante, voire torturée au tableau. Ainsi, la mobilisation du visage dans l’art sert non seulement à faire l’expression de ce qui est, mais aussi de ce qui pourrait être.