Feuilles d’or

Feuilles d’or

Les feuilles d’or : l’art dans toute sa finesse

Véritable symbole de richesse, l’or est un métal aux usages très diversifiés.

Couramment détourné à des fins artistiques, ce matériau noble a traversé les âges en conservant l’éclat qu’on lui connaît. D’ailleurs, le célèbre peintre symboliste  Gustav Klimt s’est approprié cette matière malléable pour accomplir son célèbre tableau Le Baiser.

Sans parler d’une démocratisation, les façons de travailler avec ce matériau s’étendent à plusieurs sphères culturelles. De l’architecture à la haute gastronomie en passant par la joaillerie, voyons comment la feuille d’or est parvenue à s’harmoniser aux besoins des créatifs d’aujourd’hui.

Vous cherchez plus d’inspirations. Consultez notre boutique …

Voir plus loin que la dorure

Bien que la feuille d’or soit employée par un nombre grandissant d’artistes, elle reste tout de même la pièce maîtresse de la dorure. Cette technique vieille de plusieurs siècles vise à couvrir un objet ou une oeuvre de diverses couches dorées afin d’en rehausser l’apparence.

À partir de cette manière de faire, il est également possible de confectionner des cadres qui viennent illuminer le tableau en exposition. Cependant, même si la dorure constitue une des utilisations premières de la feuille d’or, il ne s’agit pas de la seule façon de l’apprêter. À vrai dire, ses applications ont évolué en parallèle de la multiplication et du mélange des styles artistiques.

Maintenant, elle est mobilisée par les artistes de partout afin de compléter des projets tels :

  • Des collages
  • Des oeuvres peintes
  • Des sculptures
  • Des pièces d’art imprimé ou tirées de médias mixtes

De l’artisanat au laminage

Pour conserver au maximum la pureté de l’or, c’est une technique artisanale qu’on utilise pour la transformer en feuille : le rabattage. Effectué par un batteur d’or, ce processus de fabrication des feuilles d’or s’étire sur 3 phases.

La première voit le batteur d’or constituer un alliage à l’aide d’autres métaux précieux. Cela lui permet de consolider la feuille tout en lui octroyant la teinte désirée.

La deuxième phase est celle de la fonte et du laminage, où l’artisan fabrique un lingot à partir de l’alliage et organise la forme finale des feuilles en le laminant. Au terme de cette étape, plusieurs milliers d’unités peuvent être obtenues. Finalement, l’étape ultime permet de séparer les feuilles les unes des autres afin qu’elles puissent être soumises à la main de l’artiste.